Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Les Fraternités Paroissiales Missionnaires

Charte (mode d'emploi) des Fraternités Paroissiales Missionnaires et de la Communauté Paroissiale Ste Claire en Avesnois, élaborée par l'Equipe Pilote

Les Fraternités Paroissiales Missionnaires

et la Communauté Paroissiale Sainte Claire en Avesnois

 

24 juin 2017

 

Notre vocation

« Le Christ est la lumière des peuples ». Nous désirons accueillir et rayonner cette lumière. Or, « à ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres » (Jn 13,35).

Au vu de l'évolution de la société et de la difficulté à rejoindre nos contemporains pour leur faire connaître le Christ, la paroisse désire renouveler son mode de vie en créant des fraternités, et ferventes et accueillantes et missionnaires, à l'instar de la première communauté chrétienne décrite dans les Actes des Apôtres. Elles ont pour vocation de devenir les pierres vivantes de l'édifice qu'est la paroisse. Mais c’est aussi la communauté paroissiale Sainte Claire tout entière qui est appelée à devenir une fraternité, à devenir un lieu propice pour grandir dans la communion, la mission, la participation et la proximité.

 

Un fondement biblique : les six piliers de la vie chrétienne dans la première communauté

« Tous d'un même cœur étaient assidus à la prière avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, et avec ses frères. […]

Ils se montraient assidus à l'enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. […]

La crainte s'emparait de tous les esprits : nombreux étaient les prodiges et signes accomplis par les apôtres. Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun. Jour après jour, d'un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés. […]

Pierre dit à l’impotent : "De l'argent et de l'or, je n'en ai pas, mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazôréen, marche !" Et le saisissant par la main, il le releva. […]

Pendant la nuit l'Ange du Seigneur ouvrit les portes de la prison et, après les avoir conduits dehors, leur dit : "Allez annoncer hardiment au peuple dans le Temple tout ce qui concerne cette Vie-là." »

 (Ac 1,14 ; 2,42-47 ; 3,6-7 ; 5,19-20).

 

Le projet

Nous désirons grandir dans l'amour de Dieu et dans l'amour du frère, chemin de sainteté, ce qui implique six piliers. Ensemble : apprendre à prier, approfondir sa foi, vivre concrètement la communion fraternelle, l’ouverture aux sacrements, la solidarité et la mission. Dans un lieu de croissance spirituelle chacun doit pouvoir trouver son rythme.

 

Un changement structurel est nécessaire. Nous vivons aujourd’hui selon un rythme binaire : d’un côté la messe, de l’autre chacun son ou ses groupes de vie librement choisis. Ces groupes sont variés – la famille, le travail, les associations, les services d’Eglises, les mouvements… – et ils constituent une richesse essentielle de notre vie ecclésiale. Mais cette multiplicité ne solutionne pas la sectorisation de la mission ni la séparation des fidèles entre eux. Nous voulons y remédier en passant à un rythme ternaire : la messe, la fraternité et nos groupes de vie.

 

Ce pôle intermédiaire de la fraternité suppose une création et un développement :

* création des Fraternités Paroissiales Missionnaires. Ces fraternités, de la taille d’une maisonnée, doivent permettre la vie chrétienne et la mission au niveau local : les villages et quartiers. Les fidèles pourront y déployer leurs talents et prendre des responsabilités. L’objectif est également de s’insérer plus facilement dans la vie de la paroisse.

* développement de la communauté paroissiale vers une plus grande fraternité. Les dimanches autrement, le repas paroissial et l’assemblée annuelle sont déjà un gain. Nous souhaitons développer encore ces rencontres pour que la communauté paroissiale soit toujours plus un lieu où grandit la communion entre tous et le souci missionnaire. Elles pourront prendre plusieurs formes : soirées, dimanches en fête, pèlerinages.

 

La messe et les sacrements, nécessaires et insuffisants, restent sources et sommets de la vie chrétienne. Toutefois, aussi en dehors de la messe, nous ressentons le besoin vital de nous retrouver autour de Jésus pour ensemble apprendre à aimer, croire et espérer. A terme, cela permettra un allègement des services, car la fraternité deviendra pour tous un lieu-clé de la mission, un lieu où tous pourront se greffer : les nouveaux membres de l’Eglise, les recommençants, les paroissiens fidèles. Bien sûr, on respectera chacun dans ses disponibilités.

 

 

  1. Le contenu, ce que nous voulons vivre lors de ces assemblées : les six piliers
  2. Les Fraternités Paroissiales Missionnaires
  3. La Communauté Paroissiale Sainte Claire

 

 

1)    Le Contenu, ce que nous voulons vivre lors de ces assemblées : les six piliers

 

Nous retrouver pour vivre de nos trésors les plus fondamentaux : l’amour de Dieu et l’amour des frères et sœurs. Ils se déclinent en six piliers, déjà mentionnés plus haut :

 

Amour de Dieu :

  • Enseignement/partage de foi
  • Prière
  • Sacrements

 

Amour des frères et sœurs :

  • Fraternité
  • Solidarité
  • Mission

La fraternité

Le Christ a rassemblé autour de lui douze apôtres très différents qui ont dû apprendre à vivre ensemble. Le commandement du Seigneur est clair : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,17).

Pour le vivre, le premier aspect est de se consacrer du temps. C'est pour cela que les frères et sœurs choisissent de se retrouver dans les fraternités paroissiales : pour vivre des temps familiaux autour de Jésus. On aura à cœur de prendre soin les uns des autres.

Les Fraternités Paroissiales Missionnaires doivent être des lieux d’écoute respectueuse et de partage dans la simplicité, ce qui n’empêche pas le débat et la correction fraternelle, en toute vérité, humilité et bienveillance. Chaque membre est tenu au respect de la discrétion : les confidences reçues ne seront pas dévoilées.

Respecter l’environnement est aussi une forme de fraternité. Nous aurons le souci de prendre en compte la nature que Dieu nous a confiée.

 

La prière

Prier, c'est laisser au Seigneur la première place. « Tu adoreras le Seigneur ton Dieu ». (Dt 6,5) C’est en s’ouvrant à l’amour de Dieu que nous pourrons nous aimer les uns les autres. Il s'agit d'abord de louer le Seigneur par le chant et par la parole, pour ce qu'il est et pour les merveilles qu'il accomplit. D'autres façons de prier sont possibles, les chrétiens auront à cœur de se partager leurs trésors spirituels : chapelet, adoration eucharistique, pèlerinages, lectio divina, exercice des charismes, oraison…

La prière concrète pour les frères est un élément à redécouvrir. On prendra un temps d'intercession pour « porter les fardeaux les uns des autres » (Ga 6,2).

Prier demande un apprentissage. Nous prendrons le temps de grandir ensemble.

 

L’ouverture sacramentelle

« Les sacrements, surtout la sainte Eucharistie, communiquent et entretiennent cette charité envers Dieu et les hommes, qui est l’âme de tout l’apostolat. »

On aura à cœur de s’encourager dans la vie sacramentelle : le baptême, la confirmation, l’eucharistie, la confession, le mariage, le sacerdoce, le sacrement des malades.

 

L'approfondissement de la foi de l’Église

Comme les disciples écoutaient l'enseignement du Christ, et après lui celui des apôtres, les chrétiens doivent continuer d'écouter ensemble la Parole de Dieu. La Bible aura une place essentielle, particulièrement les Evangiles, mais aussi la Tradition et le Magistère de l’Église : les Pères, les saints, le Pape, les évêques, le catéchisme, les théologiens, les spirituels, les hommes et les femmes de charité...

En lien avec le curé et l’Equipe d’Animation de la Paroisse, chaque fraternité aura à cœur de choisir un parcours d’approfondissement. Différentes ressources existent déjà.

Les croyants ont aussi des richesses à se partager mutuellement. On prônera donc la discussion et la liberté de parole.

Notre vocation est de témoigner de notre foi. Il sera bon d’apprendre à relire sa vie en vue d’être capable de donner son propre témoignage. La fraternité, comme espace de croissance spirituelle, pourra nous y aider.

 

La solidarité

Nous voulons nous mettre au service de tous ceux qui sont dans le besoin, matériel, affectif ou spirituel : en allant vers eux ou en les accueillant en notre sein. Les personnes en fragilité doivent être au cœur de notre attention : « ce que vous avez fait aux plus petits qui sont les miens, c'est à moi que vous l'avez fait. » (Mt 25).

 

La mission

Le disciple du Christ a le désir de faire connaître son amour à nos contemporains. La fraternité doit être un lieu où l'on apprend ce que signifie évangéliser tout autant que les moyens, le plus souvent très simples, de le faire.

Ces fraternités de vie et de foi ont vocation à grandir. La mission, dont chacun est responsable, consistera notamment à inviter de nouveaux membres et à les accueillir avec chaleur et respect. Lorsqu'on atteint quinze personnes, on se divise pour former deux nouvelles fraternités.

 

Ces six piliers se déclinent sous deux modalités :

  • Les Fraternités Paroissiales Missionnaires
  • La Communauté Paroissiale Sainte Claire

 

 

2)    Les Fraternités Paroissiales Missionnaires, caractéristiques pratiques

 

Les membres

On ne choisit pas ses frères, on les reçoit. Une fraternité est un rassemblement des frères et sœurs baptisés. Toute personne est la bienvenue.

On privilégiera le secteur géographique, mais en restant souple. On ouvrira à l'intergénérationnel dans un esprit de famille où tout le monde a sa place. On respectera aussi les besoins de chacun.

 

Lieu

On peut envisager un temps de prière dans l’église ou la salle paroissiale, auquel cas on pensera à aménager un espace pour qu’il soit plus accueillant et intime.

Si possible on se réunira à tour de rôle dans les maisons, lieux privilégiés de relations fraternelles.

 

Le nombre de participants

Nous conseillons entre 7 et 15.

L'enjeu est double. Être un groupe assez petit pour pouvoir apprendre à connaître, aimer, soutenir chacun des membres dans sa vie chrétienne. Être assez grand pour laisser suffisamment de liberté sur le mode de s'investir dans le groupe (présence ou simplement participation), pour ne pas être fusionnel, éviter la routine et pouvoir intégrer de nouveaux membres.

 

Durée

Entre 1h30 et 2h.

 

Date

De préférence en semaine. L'enjeu est de ne pas faire concurrence à la messe, qui reste centrale dans la vie chrétienne et paroissiale.

Nous invitons à prendre les dates à l’avance.

 

Fréquence

Vivre la fraternité et aimer en vérité suppose des rencontres fréquentes et régulières. Tout en faisant de notre mieux, il faut aussi faire en fonction des disponibilités de chacun. Nous visons tous les 15 jours, si cela est possible.

 

Un exemple de rencontre-type

  • Accueil et courte prière de lancement
  • Partage de vie, collation-dessert-tisane, vie de l’Eglise : 30-40 min
  • Prière : 20 min
  • Enseignement et discussions : 45 min
  • Courte prière finale

- On peut aussi inverser le temps de prière et le partage de vie. En tout cas, entre les 4 piliers, c'est une question de dosage.

- Dans le partage de vie, chacun peut faire un bilan et dire l’un ou l’autre élément : événements heureux ou difficiles (fraternité), merveilles du Seigneur dont on a été témoin (vie spirituelle) œuvres d’évangélisation en cours (mission), personnes proches en attente d’aide (solidarité).

- Pour la prière, nous invitons à trois temps : la louange, par les chants et un psaume, la lecture d’un texte biblique avec un temps de silence pour le recevoir, l’intercession pour nous porter les uns les autres.

 

Participation de tous

- Un délégué, élu par la fraternité. Sa première mission est de veiller au respect du temps et à la distribution de la parole.

- Un (ou deux) co-délégué, élu également, pour aider le délégué. Il prend la conduite en cas d'absence du délégué.

- Les délégués ont le souci de tous. Ils se préoccupent de faire émerger de futurs responsables pour permettre, le moment venu, le dédoublement de la fraternité. Ils font le lien avec le curé et l’Équipe d’Animation de la Paroisse.

- A la fin de chaque assemblée, le co-délégué invite à la répartition des tâches pour la rencontre suivante : accueil dans la maison, collation, prière, enseignement. On veillera à bien faire tourner les rôles, en toute simplicité. On sera attentif à aider ceux qui ont besoin d’accompagnement pour se lancer.

 

Dimension ecclésiale

Le Christ invite ses disciples à entrer en communion les uns avec les autres, à faire partie du grand Corps qu’est l’Eglise entière. Pour cette raison, les Fraternités Paroissiales Missionnaires ne peuvent en aucun cas s’auto-suffire. Elles sont appelée à être un tremplin pour les croyants qui se sentent loin de la messe, comme un relais à visage humain qui leur permettra de découvrir peu à peu les frères et sœurs de la Communauté Paroissiale ainsi que ses activités. Pour être tous connectés, nous avons besoin de cette nouvelle logique de réseaux. On sera donc attentif à transmettre les nouvelles et informations de la paroisse, à s’encourager à aller aux messes et à fréquenter les assemblées paroissiales.

 

 

3)    La Communauté Paroissiale Sainte Claire en Avesnois

 

« Eglise » vient de « Ekklesia », qui signifie « assemblée » en grec. C’est le Christ qui appelle les chrétiens des treize clochers à se rassembler et à former, unis à Lui, la Communauté Paroissiale Sainte Claire en Avesnois.

Aujourd’hui, les paroissiens se rassemblent à la messe. Mais cela n’est en aucun cas suffisant pour vivre, ensemble, les six piliers. Tout particulièrement, la mission et la communion sont fragilisées à cause de l’éloignement les uns des autres. Dans l’élan et l’esprit des « dimanches autrement » et des assemblées paroissiales, nous voulons donc nous retrouver, plusieurs fois dans l’année, ensemble en Communauté Paroissiale.

Lors de ces assemblées, l’eucharistie tiendra une place importante. C’est le Corps du Christ qui se trouve réuni, avec toute la diversité de ses membres, autour de Jésus, son Pasteur, représentés par le curé et ses prêtres associés. Dans ce sacrement, le Christ ressuscité donne sa vie pour le salut du monde. Mais la Communauté Paroissiale grandira également par les rencontres fraternelles ou solidaires, les temps de formation, la prière et l’invitation à la mission, tout aussi vitales que la messe pour la croissance du Corps.

 

La communauté paroissiale doit être un lieu de ressourcement pour les fidèles. Mais c’est aussi un espace de partage, où il sera possible de faire connaître son mouvement, appeler du renfort pour un service, faire remonter ce qui se vit dans les fraternités…

                                     

Une équipe autour du prêtre aidera à la préparation de ces temps forts paroissiaux.

Une fréquence à définir. Au moins 4 fois dans l’année.

 

4)    Un rodage nécessaire

 

Les Fraternités Paroissiales Missionnaires et les assemblées de la Communauté Paroissiale n’ont pas vocation à remplacer ce qui existe déjà. Elles ne sont pas non plus un nouveau mouvement ou un nouveau service. Elles sont le lieu paroissial de base, auquel tous sont invités. Il s’agit en effet de passer du rythme binaire (messe / ma vie-mes groupes) au rythme ternaire (messe / Fraternité Paroissiale / ma vie-mes groupes). Nos agendas n’étant pas extensibles, il faudra voir peu à peu à diminuer certains services, ou plus exactement à repenser la mission à partir des Fraternités. Une des missions fondamentales est bien de greffer de nouveaux membres au Corps du Christ : amener les croyants à s’attacher à une fraternité, qui deviendra pour eux lieu de croissance et d’épanouissement. Il faudra donc du temps pour équilibrer les forces entre les services, les mouvements et la fraternité. Il y a là une transition à opérer, difficile mais nécessaire.

 

Tout ce qui est neuf a besoin d’un temps de rodage. La création des Fraternités Paroissiales Missionnaires et le développement de la Communauté Paroissiale démarreront par ce temps de mise en route et de formation.

 

Mise en route

- à partir de l’assemblée paroissiale de juin 2017 : faire connaître et inviter.

- 24 juin : fête pour les missionnaires béatifiés Jean et Michel. A cette occasion : lancement des fraternités dans chaque clocher. On ajustera par la suite en fonction de ce qui est possible. On prend date pour septembre, pour les prochaines rencontres de fraternités paroissiale missionnaires.

- septembre : une assemblée paroissiale, pourquoi pas dans la foulée de la messe intergénérationnelle, pour commencer cette année pastorale dans l’esprit des fraternités.

 

Rodage à l’année

La manière de faire n’est pas fixée dans le marbre. Sur 6 mois ou sur 1 an, voir comment les groupes ont tourné et faire le point sur ce qui est bon et ce qui peut être amélioré :

-Rodage de la fraternité : partage de vie, partage sur la mission, temps de la collation, dessert

-rodage de la prière ensemble : louange, Parole de Dieu, intercession

-rodage de l’enseignement – discussion.

-Rodage dans la répartition du temps entre les 6 piliers.

-…

 

Rôle de l’équipe-pilote à l’année

-accompagnement des FPM

-réflexion au fur et à mesure sur ce qui peut être améliorer dans le mode de faire

-en lien avec l’EAP, préparation des assemblées paroissiales où seront données des formations pour aider à vivre les piliers en petits groupes : comment vivre la fraternité ? comme organiser la prière commune ? qu’est-ce que la mission dans notre village/notre quartier...

 

La Communauté Paroissiale

Elle serait donc elle-même être le lieu d’apprentissage et de rodage des FPM. En assemblée paroissiale, dimanches ou soirées, retour de ce qui se vit dans les petits groupes + formations sur les 6 piliers.

Il s’agit aussi de rappeler la vision – communion et mission – pour re-dynamiser les petits groupes et nous encourager.

 

 

Cette charte est appelée à évoluer au fur et à mesure des expériences vécues et des remontées des fraternités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lumen Gentium 1, Concile Vatican II.

Concile Provincial de Lille, Arras et Cambrai.

Il s’agit de spécifier une triade bien connue : vivre (fraternité + solidarité), croire (enseignement/partage + mission), célébrer (sacrements + prières). Chacun des six piliers est essentiel. En oublier un, c’est perdre une part de notre trésor. On peut aussi parler des « six essentiels ».

Sur l’articulation entre vie paroissiale et mouvements, Cf. La joie de l’Evangile, Pape François aux n°28-29. Par « sectorisation de la mission », nous entendons la séparation des différents groupes : les enfants d’un côté pour le caté, les jeunes de l’autre, les couples de la préparation baptême, les couples de la préparation mariage, les familles des défunts, les équipe liturgie… Bien qu’une pastorale adaptée (spécialisée) soit nécessaire, elle est aussi insuffisante, car en l’état elle conduit à un cloisonnement : elle ne crée pas, ou difficilement, des liens vitaux avec les paroissiens ni avec la communauté paroissiale. Mais surtout, l’existence même de services paroissiaux empêche les paroissiens de prendre conscience de leur rôle essentiel dans la mission : c’est à eux qu’il revient d’inviter et d’accueillir les personnes touchées par les différents services. Pour que cela soit possible, il faut créer des espaces de rencontre et de communion, des espaces où les recommançants sont les bienvenus.

Laudato Sii, du Pape François et ses invitations répétées à une écologie intégrale. Ex : politique du zéro déchet.

Lumen Gentium 33, Concile Vatican II, paragraphe sur l’apostolat des laïcs.

Un ou plusieurs accompagnateurs pour la paroisse ou pour le doyenné pourront être nommés. Ils seront au courant des nombreux parcours déjà existants et pourront accompagner les fraternités dans leurs choix : le parcours Alpha, le parcours du disciple-missionnaires, la Route qui nous change, newpastoral.com…

On retiendra donc la règle suivante : pour être disciple du Christ, la messe est nécessaire mais insuffisante. Mais chacun a le temps de progresser.

Ces assemblées paroissiales peuvent se vivre de bien des manières différentes : sur une journée, une demi-journée, une soirée, un pèlerinage...

Cf. Le projet, p2.

Article publié par Chrystèle Godbille • Publié Mardi 20 juin 2017 - 18h44 • 195 visites

Haut de page